Blog Image

L'histoire en 3 clics

Bienvenue

Voyagez à travers les époques et laissez-vous emporter par ces civilisations qui vous tendent la main.

Vous reprendrez bien un peu de Bush ?

Vie pratique Posted on 16 Mar, 2011 12:52:04

L’an prochain, cela fera 20 ans que la Bush de Noël est arrivée sur le marché.
20 ans que cette bière ravi les papilles des amateurs de bières brunes pour les fêtes.

Crée par la plus ancienne brasserie familiale de Wallonie (1769), la brasserie Dubuisson, la Bush de Noël est 2è au classement des meilleures ventes de bières de fin d’année.
Je n’ai pas réussi à trouver quelle bière remportait la première place
mais j’ai un penchant pour la Gordon XMas. Une idée sur la question ?

Bref, si l’on remonte à fort loin (disons vers le XIè siècle, en France), il s’avère que les moines offraient des bières fortes
à la communauté, puisque n’oublions pas que les moines détenaient les
brasseries à cette époque et que les bières classiques étaient peu
fortes et régulièrement coupées à l’eau par le peuple.

Pourquoi donc brasser une bière à cette période ?
Car la bière prête à la période de Noël est en réalité faite avec les
premières récoltes de houblon. Etrange ? Pas tant que ça. En automne, on
fait les dernières cueillettes de houblon et d’orge et il faut vider
les anciens stocks pour pouvoir y placer les nouvelles récoltes, du
coup, la dernière bière de l’année est faite des restes la première
récolte, tandis que la première bière de l’année (en mars) est faite de
la dernière récolte (en automne).
Du moins, c’était le cas avant qu’on ne puisse maitriser les
températures des cuves de fermentation. On dépendait donc des
températures extérieures et il fallait faire avec.

Au siècle dernier, avec les dernières brasseries locales, le patron
offrait à tous ses ouvriers mais également à ses meilleurs clients une
bière spéciale pour les fêtes. Car cette bière, faite des fins de stocks
de houblon et d’orge était plus riche, plus dense, plus forte et
dégageait plus d’arômes que les bières brassées ordinairement.


Mais la tradition s’est perdue –on ne sait trop pourquoi- jusqu’en 1980
où Rina Müller, (brasserie Schützenberger, Alsace) remet au goût du jour
cette tradition.

Depuis, il existe bon nombre de cuvées spéciales Noël brassées dans bon nombre de pays, mais revenons-en à la Bush de Noël.

Qu’est-ce qui la différencie de la Bush traditionnelle ?
Et bien, pour obtenir cette bière, la brasserie Dubuisson utilise encore un procédé brassicole traditionnel dit « houblonnage à cru ». Ce procédé consiste à placer les fleurs de houblon dans des cuves durant le mûrissement de la bière.
En plus de ça, le malt caramel est employé en grande quantité, ce qui lui donne sa coloration brune et un goût différent, évidemment.
Pour le côté fruité, c’est grâce à la haute fermentation et son taux d’alcool est de 12%.

Mais en plus de la Bush de Noël, vous pourrez déguster la Bush de Noël Premium ! Celle-ci est non filtrée et subit une nouvelle fermentation une fois mise en bouteille
(placée dans une chambre chaude durant 3 semaines) ce qui lui donne un
goût plus corsé que sa grande-sœur et un taux d’alcool légèrement
supérieur (13%).

Alors comment conclure ?
Et bien, si vous êtes amateur de bière brune, je vous conseille de la
goûter mais si les bières plus fortes ne sont pas votre dada, ne trempez
que les lèvres dans le verre d’un ami car la finir n’est pas toujours
évident.
Du moins c’est mon avis –moi, amatrice de bières blondes et fruitées-.
Mais si vous voulez être original tout en évitant la bière de Noël, vous pouvez toujours vous commander une « pêche melbush » composé de Bush (traditionnelle) et de Pêcheresse Lindemans. Plus douce, plus sucrée et évidemment fruitée…



Rencontre avec les canneliers

Culture Posted on 16 Mar, 2011 12:50:36

Lors de mon voyage en Indonésie, j’ai fais la connaissance des canneliers.
L’espèce vue sur Java ressemblait à des hauts et fins bouleaux. L’écorce
est un peu blanchâtre avec des taches plus grisées et les feuilles ne
furent visibles que de loin puisque bien trop hautes pour moi.

Nous étions descendu des 4×4 à la découverte des plantations de café
Robusta ainsi que des girofliers, mais lorsque notre guide me mis en
main une écorce en me demandant ce que c’était j’ai eu -moi, fan de la
cannelle- une hésitation horrible !!!
Jamais je n’avais senti de cannelle fraiche, jamais je n’avais vu la
couleur de l’écorce et l’odeur que mon cerveau tentait d’analyser était
imprégnée du goût de l’arbre vivant ! Difficile d’expliquer ça mais si
vous avez l’habitude de vous promenez dans les bois vous comprendrez un
p’tit peu ma difficulté à vous décrire la chose.

L’odeur de cannelle ne venait qu’en arrière plan et était vraiment «
végétale » plutôt « qu’épicée ». Alors quand on m’a dit « mais si c’est
bien la cannelle », j’ai regardé cet arbre comme si je n’avais jamais vu
d’arbre de ma vie et, en admiration, j’aurai bien repris un cannelier
dans ma valise.

Repartie avec mes petits morceaux d’écorce, je comptais fièrement
montrer ça à mon entourage à mon retour et, après coup, je me moque de
moi-même, car je pensais montrer de l’écorce fraiche alors que j’allais
me la trimballer pendant 8 jours dans ma valise !
Si l’écorce est plate lors de la découpe, après 3 jours elle commence
automatiquement à se recroqueviller en bâton ! Et voilà… le mystère est
percé !
Bon, mes bâtons ne sont pas dépourvu de l’écorce extérieure et donc ne
seront pas tout brun une fois séchés (quoi que ?) mais j’attends de voir
combien de temps ça prend pour sentir « le bâton de cannelle » !

Juste pour info, la véritable cannelle provient du cannelier de Ceylan (Cinnamomum verum) que l’on trouve au Sri Lanka et environs. Car existe également le Casse (cinnamomum cassia),
connu comme étant « la fausse cannelle » ou « cannelle de Chine ».
Cette dernière a un goût moins prononcé et coûte évidemment moins cher.

Côté histoire, la cannelle est connue depuis l’antiquité.
Si on l’emploie déjà comme épice dans les plats, en Egypte, à l’époque des pharaons, on l’utilise en poudre lors des embaumements. Car on lui confère des propriétés médicinales.
Au Moyen-âge, elle est l’amie des cuisiniers mais reste chère et destinée à une élite.
Malgré tout, en plus de finir dans les plats, elle fini aussi dans les verres car elle est l’un des composants essentiels à la préparation d’un bon hypocras (vin rouge macéré aux épices).

On prétend qu’elle n’arrive dans nos contrées qu’à partir de 1220. Fait contesté puisque l’étymologie du mot français « cannelle » – de « canna », signifiant « roseau »– prendrait vie dès le XIIè siècle.

Mais on ne rencontre pas la cannelle que dans la nourriture.
L’huile contenue dans l’écorce de l’arbre permet la fabrication d’huile essentielle.
A travers les époques, on fabriquait des onctions et pommades
à base d’huile de cannelle et la médecine actuelle nous prouve qu’une
fois encore nos ancêtres savaient trouver les bons remèdes. Car, de nos
jours, les huiles essentielles de cannelle sont toujours employées pour
guérir de nombreux maux. En plus d’être un stimulant des fonctions respiratoires, cardiaque et circulatoire, la cannelle aurait des vertus digestive, antiseptique, vermifuge et antispasmodique.
Mais il ne faut pas abuser des bonnes choses. A forte dose la cannelle peut s’avérer toxique et pourrait détruire votre foie à cause de la présence de coumarine.
Donc si vous êtes accro, arrangez-vous pour ne consommer que la cannelle
de Ceylan car celle-ci contient beaucoup moins de coumarine que le
casse.

Bref, ce soir, si j’ai le temps après le sport, un petit réconfort pourrait s’avérer être le bienvenu.
Ayant rapporté une bonne vingtaine de bâtons, il me faut à présent les utiliser et j’ai trouvé une recette de chocolat chaud, dit de Noël, qui devrait ne pas être mauvais.

Ingrédients pour 4 tasses
– 40 cl de Lait
– 35 cl de crème liquide
– 15 g de cassonade
– ½ gousse de vanille
– ½ bâton de cannelle
– 200 g de chocolat noir
N’ayant pas de gousse de vanille à la maison, je remplacerai par de
l’extrait de vanille même si ça ne donnera pas le même effet.

Procédé

Faites chauffer le lait, la gousse de vanille fendue en deux, la
cannelle et la cassonade dans une casserole. Aux premiers frémissements
du lait, versez la crème et ajoutez le chocolat cassé en morceaux.
Mélangez bien à l’aide d’une cuillère en bois.
Quand le chocolat est fondu, passez la préparation au mixeur plongeant.
Dégustez immédiatement.
Je vous en dirai des nouvelles.

– Et vous, avez-vous déjà fait la connaissance de cannelier ?
– Aimez-vous la cannelle dans vos plats ?
– Vous l’employez plutôt avec le sucré, le salé, les boissons ?

Source 1Source 2